nudothérapie - nue en liberté
Dimanche 11 Décembre 2005

Le rapport vital au gavage ou à la privation traduit une image dégradée de soi, une absence d’estime de soi relative à l’image sublimée  que l’on a des autres. L’anorexie et la boulimie sont deux refus du corps donné, du corps tel. Il ne s’agit pas, comme on le croit trop souvent, de l’angoisse de ne pas approcher les modèles standards de la sveltesse à la mode des magazines glamour. C’est plus généralement que le corps, vécu comme un échec, devient le théâtre d’un certain nombre d’actes visant pour le sujet à se rendre maître de son propre échec, responsable de son propre échec, afin de mieux le supporter. Le refus, c’est pour certaines jeunes filles l’unique sens à donner à ce corps embarrassant. L’anorexie est le refus de faire corps, de se constituer aux yeux de l’autre en tant que corps. Pour que l’autre ne voit pas mon corps, je prive celui-ci de toute nourriture. Je le réduis consciemment au squelette. C’est une façon de se cacher vis-à-vis des regards (ou d’un regard particulier, celui du père par exemple) dont on a survalorisé le jugement. La boulimie au contraire c’est imposer un corps super-visible, un corps excédent. Par cet excès de chair le corps boulimique cache l’autre, le minorise, l’efface. Dans les deux cas, le refus de son corps entraîne un travail (privation ou excès de nourriture) pour que la chose vue (le corps) abolisse le regard et le jugement d’autrui. Cet état de souffrance (qui est une souffrance de contact, de communication, une pathologie du lien, comme le voyeurisme et l’exhibitionnisme) est incompatible avec la possibilité d’exprimer son mal ou suivre un conseil. Il faut donc expérimenter, et expérimenter à partir de ce qui est le fondement de la souffrance : le corps. Pour sortir de ces états, il faut rétablir une expérience positive continue du corps. On croit trop souvent que l’évolution des états mentaux se fait à sens unique : prise de conscience, puis action du cerveau sur le corps. Comme si le cerveau était un central de commandes. Or l’inverse est vrai aussi : l’expérience sensible des corps peut entraîner une modification au niveau du cerveau. Faire éprouver un état du corps peut débloquer un état d’esprit et lui redonner son équilibre. Proposer à une anorexique, à une boulimique, un  séjour de six mois dans un bidonville de Calcutta ; un long périple en randonnée nature, le corps complètement nu, aidera la jeune fille anorexique ou boulimique à pardonner à son enveloppe charnelle. Elle ne verra plus son corps comme un obstacle à communiquer avec autrui mais comme un moyen d’aller vers autrui. Un moyen unique, irremplaçable. Quel qu’il soit.

Complément : Le corps est comme il est, ni laid ni beau, ni vrai ni faux - il est juste ce qu'il peut, juste ce qu'il doit. C'est par la conscience de ce "doit être" que l'anorexique ou la boulimique peut pardonner à son propre corps, refaire corps. L'idée consiste à faire éprouver physiquement, dans sa chair, ce "doit être", grâce à la nudité. A cet égard, oui, le nu est chose plus sérieuse qu'on ne le pense généralement.

publié par justine dans: Groupe de recherche
Recommander

Commentaires

Souvenirs. C'était il y a plusieurs années. Une plage de l'île de Ré, près du phare des Baleines. Des naturistes. Parmi eux, parmi nous devrais-je dire, une femme seule. Nue. Sauf une paire de tennis. Et ça faisait la différence. Je me souviens d'elle comme si c'était hier. Outre le fait qu'elle ouvrait ses jambes et que sa chatte était, disons très exposée, et j'étais à une dizaine de mètres d'elle, cette paire de tennis blanches me fascinait. Et c'était ça, l'érotisme délirant de la scène. Et puis elle s'est levée, et elle allée se promener le long du rivage, et j'étais assez timide et jeune mais aujourd'hui je la suivrais, lui parlerais sans doute.
Au bar du Lutetia, il y a deux ans, avec ma compagne de l'époque. Arrivée nue sous un manteau. Le phantasme, enfin le jeu parmi les plus courants, sans cesse renouvelé mais toujours aussi cool. Et puis quelques achats au Bon marché, elle très excitée. Grand plaisir faire l'amour après ça.
Pas mal de souvenirs (flous mais présents) de déshabillage sur les plages naturistes. Moment particulier, passage, dévoilement, et vous l'avez magnifiquement décrit.
Autre souvenir, autre "pratique" : à Berk sur mer, après nous être installés sur la zone naturiste, et nus, marcher jusqu'à la limite des textiles, et même se mêler à quelques personnes en maillot. Plus aucun naturiste. Les regards changent.
Dans le même genre, mais cette fois à Saint-Trojan, île d'Oléron, et c'est plus ancien : nager de la zone naturiste à la zone textile. Se retrouver nu parmi les baigneurs en maillot.
est-ce le sauna Saint-Paul que vous fréquentez à Paris ?
Commentaire n° 1 posté par: Peter le 12/12/2005 - 09:53:09
Bonjour Peter et merci de tes commentaires. Non, le Saint-Paul j'y suis allée, j'ai trouvé ça un brin coinçé alors je n'y vais plus. Quant à me voir sonner chez toi en tenue d'Eve, comme tu m'y invite dans ton mail, j'espère que ton palier est bien chauffé et que tes voisins sont compréhensifs ! Plus sérieusement, pourquoi ne pas songer à un groupe de réflexion qui se réunirait en effet de temps à autres. Mais pour que cela fonctionne, il y a un impératif : la parité hommes-femmes, sans laquelle, j'ai cru le remarquer, tout dégénère très vite... Ce n'est pas que cela me gêne en soi, mais là n'est pas ma présente recherche.
Commentaire n° 2 posté par: justine(site web) le 12/12/2005 - 11:47:25
T'as raison Justine! Gare à tes fesses ! Viens plutot chez moi! hi hi je déconne...
Es-tu vraiment sur de toi! sur la thérapie des anorexiques ? parce que c'est un probleme tres grave! Ca me fait penser a un fille que je connais et qui est anorexique au point d'etre souvent pres de la mort! Terrible ... Je connais surtout ses parents et je me vois mal leur conseillers la nudothérapie pour leur fille... Effectivement il faudrait ne pas passer par les parents!
Commentaire n° 3 posté par: lom le 12/12/2005 - 16:21:28
Salut Justine,
Dur sujet aujourd'hui ... et je trouve ta thérapie originale, ..que des êtres qui ne s'aiment pas ,se montrent ...peut être au dernier stade du traitement cela prouverait une bonne évolution sur l'idée du respect de son corps , mais malheureusement pour eux , ce sont des malades pour qui l'écoute , parler , vivre en groupe est surement plus important que l'agression du regards des autres .Car s'ils n'aiment pas leur corps ce n'est pas en le montrant qu'ils guériront . Qu'ils s'ouvrent au monde par leur esprit etvleurs plaintes ...toutes les bases d'une thérapie
Commentaire n° 4 posté par: bernard le 12/12/2005 - 18:44:50
cette réflexion n'est là qu'à titre d'hypothèse ; elle demanderait à être vérifiée dans un cadre strictement scientifique et médical. Cependant elle repose sur une vérité expérimentale : quand l'esprit ne suit plus, le corps peut trouver par lui-même la voie vers la guérison. C'est aussi une façon de dire que le nu est (aussi) une chose sérieuse. La seule objection réelle à cette hypothèse, c'est que si l'anorexique accepte l'expérience, c'est qu'elle est peut-être déjà sortie d'affaire... Mais expérimenter par sa chair peut provoquer une prise de conscience que 10 ans de psychanalyse échoueront à coup sûr à produire.
Commentaire n° 5 posté par: justine(site web) le 12/12/2005 - 23:45:19
J'ai mis un moment à trouver cet article. J'ai tenté de créer un trackback sur mon blog pour que ces 2 articles soient reliés. Va savoir si j'ai fait la bonne manip'... lol
La randonnée en pleine Nature, OUI, car c'est une bon moyen de se relier à soi-même en passant par le corps. Mais en arriver à se montrer nues, je crois que cela est une démarche qui se préparent et qui prend sûrement du temps.

On peut en effet faire un bond de 10 ans en passant par le corps pour stimuler les mémoires enfouies, les émotions, faire sauter les barrières du mental. Et c'est bien pour cela que de plus en plus de médecines parallèles s'enrichissent de techniques corporelles. Notre corps détient des informations que notre conscient préfère souvent mettre de côté...
Ces techniques peuvent être douces comme celles que j'utilisent (relaxation, sophrologie), mais il existe aussi des techniques plus forte à utiliser avec précaution auprès de personnes sérieuses et solides. Je pense aux techniques respiratoires du types respiration holotropique de Grof, rebirth... qui demandent préparation, une solidité psychologique et un bon ancrage dans le corps avant d'aller au-delà.
Je pense aussi aux expériences sérieuses menées en Amérique latine dans des centres de désintoxications avec des plantes où un fort travail corporel est mis en place (marche, jeûne, sport, quotidien matériel - cuisine, etc-), en corrélation avec un travail en psychothérapie, pour que justement les personnes acceptent de nouveau d'habiter leurs corps, en en faisant une expérience positive, nourrissante (bien que le chemin passe d'abord par un travail de "nettoyage intérieur", et peut-être de souffrances à revivre pour s'en libérer).
Commentaire n° 6 posté par: Nymue, Eveilleuse Créative(site web) le 22/02/2006 - 13:26:34
Justement : tout est dans ce "ça prend du temps" et "ça demande une préparation". C'est là où se noue le côté efficient de la confrontation nue de son corps avec le monde, avec le regard des autres.
Commentaire n° 7 posté par: justine(site web) le 22/02/2006 - 14:22:36

Trackbacks

Nudothérapie

Pour un point de vue complémentaire, voir l'article : Le rapport vital au gavage ou à la privation traduit une image dégradée de soi, une absence d’estime de soi relative à l’image sublimée que l’on a des autres. L’anorexie et la boulimie sont deux refus du corps donné, du corps tel. Il ne s’agit pas, comme on le croit trop souvent, de l’angoisse de ne pas approcher les modèles standards de la sveltesse à la mode des magazines glamour. C’est plus généralement que le corps, vécu comme un échec, devient le théâtre d’un certain nombre d’actes visant pour le sujet à se rendre maître de son propre échec, responsable de son propre échec, afin de mieux le supporter. Le refus, c’est pour certaines jeunes filles l’unique sens à donner à ce corps embarrassant...

Tracké le 22/02/2006 - 13:04:30

Adresse de trackback pour cet article :

http://admin.over-blog.com/trackback.php?Id=1376620

Ajouter un commentaire     Créer un trackback

Rayonnants et nus

De tous nos ailleurs, de tous nos autrement, le nu est le plus court chemin pour retrouver l'autre, pour retrouver le monde et au bout du compte pour se trouver soi-même.

Newsletter

Inscription à la newsletter
blog philosophie sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Reporter un abus
Capturé par MemoWeb à partir de http://justine-nue.over-blog.com/article-1376620-6.html  le 04/04/2006